La déprime du dimanche : comment la gérér et l’éviter ?

déprime du dimanche

C’est dimanche soir, et reglé comme une horloge, un sentiment de déprime vous envahit. C’est comme si un nuage gris était apparu au dessus de votre tête pour jeter son ombre mélancolique sur le reste de votre soirée.

Vos émotions oscillent entre la mélancolie, l’angoisse et la tristesse alors que vous commencez à parcourir mentalement la liste des choses à faire pour la semaine qui arrivent.

« Comment se fait-il qu’on soit déjà lundi ? » « Ce week-end, je n’ai même pas réussi à faire la moitié de ce que je devais faire. » « J’ai aussi cette énorme présentation au travail que je n’ai pas encore commencée. » « Oh non, ça va être la pire semaine de ma vie. »

On dirait que la déprime du dimanche est arrivée.

Qu’est-ce que la déprime du dimanche ?

Il s’agit d’une forme d’anxiété anticipée qui vous donne la sensation que ce qui va se passer va être incroyablement difficile.

En d’autres termes, le fait d’anticiper de devoir faire quelque chose que vous ne voulez pas faire – comme retourner au travail – peut accroître l’inquiétude et le stress.

Le deuxième aspect est que vous regrettez la fin de votre temps libre, que ce soit parce que vous n’avez pas pu tout faire ou simplement parce que vous auriez voulu faire plus de votre week-end.

LISEZ AUSSI :  Un thérapeute est-il obligatoire quand on fait une dépression ?

Vous avez cette période de temps libre où vous pouvez faire ce que vous voulez, puis vous devez retourner dans le monde où vous devez répondre aux besoins des autres. Et ça, c’est déprimant !

Selon une enquête de LinkedIn, 80 % des Américains ont déjà expérimenté la déprime du sous une forme ou sous une autre.

De nombreux employés sont angoissés par la quantité de travail qu’ils doivent fournir dans le cadre de leur profession, tandis que d’autres sont préoccupés par l’équilibre entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle.

Pour être clair, même si ce type de déprime a une étiquette mignonne qui fait référence à un jour précis, il peut aussi affecter ceux qui ne travaillent pas selon un horaire régulier de 9h à 17h.

Les travailleurs en poste, les indépendants et les personnes qui travaillent à domicile peuvent ressentir de la déprime et de l’anxiété lorsqu’ils passent du temps des loisirs à celui du travail.

Quel est l’effet de la déprime du dimanche sur votre santé mentale ?

Tout ce stress lié au travail peut sembler être le lot quotidien de la vie adulte, mais de petites doses de stress peuvent s’accumuler.

De plus, toute cette tension nuit à la qualité du temps libre que vous avez.

Vous ne vivez pas véritablement votre dimanche lorsque vous vous inquiétez de perdre votre temps libre et vous laissez votre attention passer plus de temps que nécessaire se projectant dans un futur désagréable.

Se déprimer de la semaine de travail à venir peut parfois vous aspirer plus profondément dans un tourbillon d’émotions désagréables.

LISEZ AUSSI :  Quatre conseils pour éviter la déprime de l'hiver

La plupart du temps, ce qui se passe, c’est que vous finissez par vous sentir mal à propos de vous sentir mal.

C’est déjà terrible d’avoir le blues du dimanche, mais c’est encore pire lorsque ça vous énerve de ressentir cela.

Qu’est-ce qui vous déprime le dimanche ?

Si le blues du dimanche a pris le contrôle de votre vie, vous vous demandez probablement comment vous en débarrasser pour de bon.

Bien qu’il s’agisse d’une réaction naturelle, commencer par analyser vos pensées.

Vous ne voulez pas rejeter ou fuir ces sentiments.

Vous devez examiner les choses et détecter quelles sont celles qui posent problème.

Êtes-vous simplement déçu que votre temps de loisirs touche à sa fin, ou êtes-vous insatisfait de votre travail ?

Avez-vous des inquiétudes concernant la prochaine semaine de travail ?

Avez-vous le sentiment que votre parcours professionnel actuel n’est pas le plus adapté pour vous ?

En vous posant ces questions, vous pouvez approfondir les raisons pour lesquelles vous vous sentez ainsi.

Vous vous rendrez peut-être vite compte que le cafard du dimanche est en réalité le symptôme d’un problème plus vaste, que vous pouvez aborder en parlant de votre charge de travail avec votre supérieur ou en cherchant un nouvel emploi.

Quelle est la meilleure approche pour éviter la déprime du dimanche ?

Disons que vous avez examiné vos émotions et déterminé que ce n’est pas vraiment le travail, mais plutôt le fait que vous regrettez de ne pas avoir passé un meilleur week-end que le précédent. Si c’est le cas, examinez la façon dont vous planifiez votre temps libre et apportez-y de petits changements.

LISEZ AUSSI :  Comment vaincre la dépression grâce au sport

Il n’est pas surprenant que vos dimanches soirs soient moroses par rapport à vos samedis amusants si vous reportez les activités fastidieuses – bonjour la lessive – à la toute fin du week-end.

Il serait peut-être judicieux de faire votre lessive le samedi matin afin de pouvoir faire quelque chose de gratifiant et d’enrichissant le dimanche.

Si votre déprime provient d’autre chose, comme le sentiment de ne pas avoir profité au maximum de votre temps libre, je vous conseille d’être indulgent avec vous-même plutôt que de vous acharner sur l’idée que vous avez gaspillé votre week-end.

Essayez de recentrer votre énergie loin des idées négatives sur ce que vous auriez pu, auriez dû ou auriez fait dans le passé et vers quelque chose que vous pouvez accomplir ou apprécier en ce moment.

Ayez de la compassion pour vous-même.

Acceptez que vous soyez déprimé, mais trouvez des moyens de vous accorder une pause.

L’essentiel est d’apprendre à être conscient du moment présent afin de ne pas être constamment en voyage mental dans le passé et de ne pas passer à côté de la vie.

>