Affirmation positive pour le handicap ou la maladie

Mon handicap ou ma maladie n’est qu’une partie de ce que j’expérimente en ce moment.

Oui, j’ai un handicap. Mais ce n’est qu’une partie de ma vie actuelle.

Je crois fermement que seuls les plus forts des forts doivent relever des défis tels que ceux auxquels je suis confronté.

Ma vie serait certainement plus facile sans un problème de santé aussi exigeant.

Cependant, j’arrive à prendre soin de ma santé tous les jours et à maintenir une vie normale.

Il y a des jours où ma santé prend le dessus sur moi. Ces jours-là, je choisis de me ménager et de donner à mon corps le repos dont il a besoin.

Néanmoins, il y a sept jours dans une semaine et 24 heures dans une journée. Je peux honnêtement dire que je passe une grande partie de ce temps à vivre ma vie selon mes règles.

Je garde un état d’esprit positif. Cela me permet de rester fort(e) et de nourrir ma passion pour la vie.

Contrairement à beaucoup d’autres personnes souffrant de conditions similaires, je considère mon problème de santé comme l’une des nombreuses responsabilités de la vie plutôt que comme une contrainte.

Je maintiens un mode de vie sain et je suis le traitement ou la thérapie que mon médecin m’a prescrit.

Cependant, une fois que c’est fait, le reste de la journée m’appartient et je peux le vivre comme je l’entends.

Je refuse de jeter l’éponge sur la vie simplement parce qu’on m’a diagnostiqué une maladie.

Au contraire, je vis pleinement ma vie et je sais que je mérite de réussir.

LISEZ AUSSI :  Affirmation Positive : Je lâche prise sur la rancoeur pour guérir mon esprit, mon corps et mon âme.

Aujourd’hui, je suis reconnaissant(e) pour tous les aspects merveilleux de ma vie.

J’ai une famille aimante, une maison confortable et un mode de vie agréable.

J’ai vraiment de la chance.

Questions d’auto-réflexion pour aller plus loin :

  1. Est-ce que je m’entoure de personnes positives qui me soutiennent ?
  2. Que puis-je faire pour renforcer ma confiance en moi ?
  3. Est-ce que je plombe souvent mon moral en me demandant  » pourquoi moi ? « .
>